Découvrir

Histoire

Accroché à 340 mètres d’altitude à un promontoire rocheux des Monts de Vaucluse, Gordes domine la plaine et la Vallée du Calavon, offrant une vue imprenable sur la célèbre montagne du Luberon qui lui fait face.

Son histoire, sa richesse architecturale et patrimoniale, ses panoramas à couper le souffle, paysages et nature protégées sont autant d’invitations à la découverte de ce petit joyau provençal.

Gordes s’érige tel une citadelle en offrant au regard les témoins de son passé, château protecteur majestueux, église massive aux allures défensives, enceinte de hautes bâtisses qui surplombent le précipice et les ruelles étroites permettant d’échapper aux assauts du Mistral,

Le bourg se développe dès le 11ème siècle autour du château fort pour devenir une véritable forteresse protégée par des remparts dans les périodes troubles du Moyen-Age.

L’histoire de Gordes est marquée à la Renaissance par la puissante famille provençale Simiane d’Agoult en la personne de Bertrand Rambaud de Simiane qui au 16ème siècle remanie et agrandi le château.

L’époque moderne est laborieuse et industrieuse.

L’agriculture reste l’activité essentielle mais le plus souvent elle ne permet pas de subvenir aux besoins de la population.

Dans le village se développent des activités artisanales : filatures de soie, tanneries, cordonnerie, et tissage de la laine qui procurent du travail et permettent pour bon nombre de gordiens d’améliorer un quotidien difficile.

Au 18ème et début 19ème siècle le village compte une population importante qui rivalise avec celle des villes voisines, mais malgré une dynamique de l’artisanat, notamment  de la cordonnerie, la misère et la maladie restent un fléau, la mortalité infantile est élevée et une aide est apportée aux pauvres.

Dès la fin du 19ème et jusqu’au début du 20ème siècle Gordes subit de grands bouleversements -tremblements de terres successifs entraînant des destructions, mutations industrielles, arrivées de maladiesqui fragilisent l’agriculture, la guerre de 14-18, le grand gel de 1956 -qui entrainent le déclin de la population et la paupérisation des habitants dont une majorité fuie vers les villes voisines.

Pourtant, dans les années 1950, après une période de traversée du désert, le destin du bourg prend un nouvel élan. Une pléiade d’artistes, sensible à la beauté du village, tombe sous son charme et trouve dans son isolement, ses ruines, sa lumière et ses paysages,une source d’inspiration.

Aujourd’hui, le village, classé parmi les Plus beaux villages de France, est une destination prisée de renommée internationale.